Le dialogue porte sur le ministère dans le monde

980x520-1216-reformedpentecostalgroup

Durant la troisième session du dialogue en cours entre Pentecôtistes et Réformés, une délégation de la Communauté mondiale d’églises réformées (CMER) et des représentants de différentes églises pentecôtistes classiques se sont réunis sous le thème « Servir les besoins du monde : Mission et Pneumatologie ».

Des exposés furent présentés par le professeur Wonsuk Ma (Pentecotiste) et la théologienne Dr. Nadia Marais (Reformée).

Nadia Marais fonde son exposé sur la formule du Symbole de Nicée selon laquelle l’Esprit Saint est « Seigneur, qui donne la vie ». En lien avec ceci, elle souligne les influences pneumatologiques au sein de la tradition réformée et leurs implications pour la mission:

  • Premièrement ce n’est pas l’Èsprit seul mais l’Esprit envoyé par le Père et le Fils qui agit en mission.
  • Deuxièmement la personne et l’œuvre de l’Esprit est en relation avec la personne et l’œuvre du Fils, « dont la vie, le ministère et la mort offrent le fondement pour l’action de l’Esprit par rapport au monde. »
  • Troisièmement l’Esprit, don de Dieu qui se donne lui-même, est un don accordé aux disciples et à l’église, et il donne aussi une variété de dons à la communauté et au sein de la communauté, dont le don de la vie est le plus important.

Dans sa conclusion ouverte, Nadia Marais plaide en faveur d’un langage qui parlerait de don et de l’acte de donner pour complémenter le langage très répandu qui parle d’envoyer et d’être envoyé lorsqu’il s’agit de l’œuvre missionnaire de l’église.

L’exposé du professeur Ma porte le titre: « Le Saint Esprit dans la Mission pentecôtiste: Une étude de la formation d’une conscience et d’une pratique missionnaires ».

La formation missionnaire, selon lui, commence au niveau personnel car elle est liée étroitement à la formation spirituelle. La conversion en tant que rencontre avec Dieu est la clé. Cette expérience se traduit en une vie engagée dans la mission. Être appelé par Dieu et être mandaté pour un ministère vont souvent ensemble. Beaucoup de pentecôtistes considèrent un baptême par le Saint Esprit qui donne courage et le fait de bénéficier de dons ordinaires et extraordinaires comme essentiels pour une formation missionnaire.

Le professeur Ma s’est ensuite concentré sur le rôle du Saint esprit dans la pratique missionnaire. La manifestation de « signes et miracles » au cours d’une évangélisation ou de l’établissement d’une nouvelle communauté chrétienne est considérée comme une confirmation du message biblique de la bonne nouvelle en Jésus Christ.

Pour conclure, Wonsuk Ma souligne que c’est le Dieu souverain qui est toujours à l’origine de telles manifestations. Lorsqu’elles se produisent, elles doivent être comprises comme signes de la grâce de Dieu.

Lors des débats à la suite de ces exposés, les ressemblances et les différences entre les deux approches furent analysées et précisées, les questions se préoccupant de la nature de l’œuvre du Saint Esprit, de sa relation avec l’œuvre salvatrice de Jésus Christ et de la responsabilisation des croyants dans leur ministère auprès d’un monde en difficulté. Cette discussion enrichissante et exigeante aida löes deux groupes à mieux apprécier mutuellement les points de vue sur l’action du Saint Esprit dans la mission.

La rencontre eut lieu à l’Université Biblique Latino-Américaine à San José, Costa Rica, du 2 au 6 décembre 2016, où les délégués furent accueillis par Elisabeth Cook, la présidente de l’Université. Une rencontre avec la direction de l’Eglise évangélique presbytérienne du Costa Rica, membre de la CMER, a permis aux participants de s’informer au sujet de la vie de l’église réformée dans ce pays et d’apprendre, comment le pentecôtisme influence la spiritualité de nombreuses églises.

Dimanche, le 4 décembre, les participants purent se joinder au culte dirigé par Ledys Ruiz et Xinia Porras à l’église presbytérienne de New Guácima. Le dimanche soir les participants ont pris part au culte à l’International Pentecostal Holiness Church of the Word à Santa Barbara, Heredia, où Ana Felicia Ulloa est la pasteure. Les deux communautés reçurent les délégués chaleureusement et généreusement.

Les discussions étaient accompagnées chaque jour d’un temps de prière le soir et le matin qui faisait intégralement partie du dialogue avec des prières, chants, lecture de la bible et méditation.

Le groupe pentecôtiste était composé des personnes suivantes:
M. Robeck (Assemblies of God, USA),
David Daniels (Church of God in Christ, USA),
Jacqueline Grey (Australian Christian Churches),
Harold D. Hunter (International Pentecostal Holiness Church, USA),
Wonsuk Ma (Assemblies of God, Corée),
Jean-Daniel Plüss (Mission Pentecotiste Suisse ),
Olga Zaprometova (Eglise de Dieu, Russie).

Le groupe réformé était composé des personnes suivantes :
Karla Koll, (Presbyterian Church (USA), Costa Rica),
Carmelo Alvarez (Disciples du Christ, Puerto Rico, USA),
Dario Barolin (Eglise Vaudoise, Argentine),
Nadia Marais (Dutch Reformed Church in South Africa),
Setri Nyomi (Evangelical Presbyterian Church in Ghana),
Bas Plaisier (Eglise Protestante aux Pays Bas)
Gabriella Rácsok (Eglise Réformée de Hongrie).

La prochaine session du dialogue entre Réformés et Pentecôtistes aura lieu du 30 novembre au 6 décembre à Sydney, Australie et aura pour sujet la relation entre le mission et l’église.

Comments are closed.