Mission en contexte : Du « témoignage » à « l’accompagnement »

Un groupe de vingt-six responsables d’églises, théologiens et activistes ont appelé à une théologie prophétique qui reflète le souci de Dieu pour une justice compatissante.

Ils se sont réunis au Centre de Retraite Beit El Salam (Alexandrie, Egypte) pour partager leurs expériences, réfléchir et discuter de la question missiologique : Comment le témoignage chrétien et la coexistence pacifique peuvent-ils être initiés et maintenus dans un contexte où les chrétiens sont minoritaires, souvent confrontés à la violence et à la marginalisation de la communauté majoritaire ?

Ce faisant, ils ont fait le prochain pas pour remplir le mandat de l’Assemblée Générale de 2017 « d’établir un cadre pour une coexistence pacifique et la protection des droits des minorités » (Action 53).

Les participants ont compris que la réalité géopolitique actuelle peut être décrite comme un « apartheid mondial » , marqué par l’ethno-nationalisme, le racisme, l’autoritarisme, les fondamentalismes et l’extrémisme liés aux différentes religions et aux fascismes croissants.

« Nous avons entendu les cris de personnes venant d’autres contextes dans le monde, où les gens vivent en tant que minorités, non seulement du point de vue de leur appartenance religieuse, mais aussi du point de vue des minorités fondées sur la race, l’appartenance ethnique, la caste, l’oppression économique, le sexe et la langue » , déclare une partie de leur message provisoire, qui est encore en voie d’achèvement.

Le message affirme qu’il est nécessaire d’avoir « une théologie prophétique qui reflète le souci de Dieu pour une justice compatissante, car sans l’accomplissement de cette justice, la coexistence pacifique ne peut exister » .

Les participants représentaient un large éventail d’expériences et de contextes, y compris ceux de la majorité et des minorités, et en s’écoutant les uns les autres, ils ont commencé à comprendre à quel point leurs positions étaient nuancées.

« Nous définissons la minorité non pas en termes de nombre, mais en termes de pouvoir et d’accès aux ressources, de processus décisionnels et d’opportunité de développer sa propre capacité à agir. Les minorités sont donc celles qui sont exclues d’une participation significative à la société et à l’église » , ont-ils noté.

La consultation a offert une analyse contextuelle et globale complète en entendant des voix provenant de différents contextes à travers le monde, y compris l’Angola, le Bangladesh, le Cameroun, l’Allemagne, l’Inde, l’Indonésie, le Kenya, les Philippines, l’Amérique latine, l’Afrique du Sud, le Sri Lanka et le Royaume Uni.

Les participants ont souligné que le contexte de la mission aujourd’hui fonctionne dans le cadre de l’existence d’un empire mondial ; notant que l’empire est le cumul du pouvoir économique, culturel, politique et militaire qui est constitué par une réalité et par un esprit de domination sans maître, créé par le genre humain.

« Nos discussions ont permis d’évoquer l’histoire et les ramifications permanentes du colonialisme alors que nous entendions des exemples de recolonisation économique et politique qui ont entraîné une compétition pour les ressources et une mise en opposition des communautés », ont-ils déclaré.

Les récits de ceux qui vivent dans le ventre de l’empire ont offert une analyse plus approfondie de la façon dont les idéologies et les théologies de l’autoritarisme et de l’ethno-nationalisme sont utilisées pour se retourner contre les plus marginalisés et sont au service de « l’altérité » des personnes vulnérables.

Jean Calvin a éclairé leurs délibérations. Calvin a parlé de tous ceux « qui ne peuvent pas supporter l’injustice » – non seulement ceux à qui l’injustice est infligée, mais aussi ceux qui crient en leur nom, et qui font donc ce qui est bien et juste. Dans leur cri aussi, Dieu s’entend lui-même, et dans leur action pour la justice et la réparation de l’injustice, les blessures de Dieu sont guéries » , affirme le message.

Les participants ont chargé l’Eglise de cheminer avec les marginalisés dans une solidarité d’ « accompagnement ». Elle va au-delà de la présence et cherche à entendre et à être dirigée par ceux qui ont été repoussés en marge de la société et ceux qui, au sein des communautés marginalisées, subissent la discrimination et l’exclusion.

Ils ont en outre mis au défi les Églises qui sont des minorités numériques, mais qui ont un pouvoir et des privilèges considérables en raison de leurs liens mondiaux et économiques, de comprendre qu’elles sont appelées à cheminer avec ceux qui sont marginalisés et persécutés.

« Notre foi proclame la victoire du Christ et, à travers lui, la nôtre, sur le pouvoir du péché et de la mort, de la peur et de l’impuissance, nous n’aurons plus peur et nous nous engagerons dans la tâche du témoignage prophétique, conduits par et en route avec ceux qui sont exclus » , conclut le message.

Une fois le message finalisé, il sera partagé publiquement et diffusé dans toute la Communion mondiale des Églises réformées.

La consultation a permis de jeter les bases d’autres conversations sur la mission, en particulier dans le contexte de la crise et de la marginalisation. Ses conclusions alimenteront conceptuellement les prochaines étapes du processus.

Comments are closed.